Le paradoxe corps/esprit

En ce jour pluvieux, j’aimerais vous poser une question.

« Qu’est ce qui vous a mené à vos plus belles réalisations? »

Le besoin, la colère, la haine, l’envie, la passion, la nécessité?

Quelle que soit la réponse, elle est liée à deux facteurs.

1 – Les 6 besoins fondamentaux humains que je vous présentais dans l’article « Trouver le bon levier ».

2 – Votre niveau de motivation.

D’un côté le besoin, de l’autre l’envie.

Depuis plusieurs années, le développement personnel à le vent en poupe car ce que présentais Abraham Maslow comme étant l’aboutissement d’une vie, « la réalisation de soi », est aujourd’hui visé dès ses 25 ans.
On veut se réaliser très tôt, très vite.

Et après? Le sentiment d’accomplissement est il un état définitif ou plutôt ponctuel? La réponse vous appartient.

Par contre, cette mode entraîne un paradoxe qui me paraît un peu dangereux.

Celui du corps et de l’esprit.

Avec vous remarqué qu’en parallèle de l’apparition du développement personnel a émergé un nombre de plus en plus conséquent de maladies psychologiques? Burn out, Bore out, Brown out, dépression, … et que ces répercussions sont physiques?

Il n’existe aucune limite concrète à notre esprit et c’est ce qui nous caractérise nous, êtres humains. Les limites mentales qui sont les votre n’attendent qu’à être repoussées, et elles peuvent l’être infiniment.

Le paradoxe se situe là. Tandis que nous travaillons à repousser ces barrières, beaucoup trop d’entre nous négligent de travailler sur le corps, qui lui, est limité par notre enveloppe physique.

La devise de la marque « Asics » représente parfaitement ce que je tente de vous transmettre : « Ama sana in corpore sano ».

Un esprit sain dans un corps sain. Corps et esprit en équilibre. Yin et Yang.

Vous pouvez préparer mentalement un marathon. Visualiser votre réussite, repousser vos limites mentales plus loin pour pousser votre corps le jour J. C’est une mode en ce moment de préparer un marathon sans préparation physique. Et peut être que vous y arriverez. Je dis bien peut être.
Néanmoins je peux vous garantir une chose. Si vous vous cantonnez au mental, vous dérouillerez. C’est une certitude. Et votre corps vous le fera payer un moment. C’est normal, il n’était pas prêt à ce choque.

Si vous n’entraînez qu’une seule des deux parties, vous créez un déséquilibre qui tôt ou tard vous posera face à une limite.

Lors de nos plus belles réussites, nous sommes motivés et c’est ce qui nous a permis de nous dépasser à cet instant. Mais nous étions aussi physiquement dans un état qui a permis à notre corps de nous mener à cette réussite.

Je vous propose de découvrir le premier épisode de ma série « Les bases de la motivation ». C’est un sujet passionnant qui n’est pas sans rapport avec la communication, vous le verrez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.