Le paradoxe du chimpanzé

Ce que j’ai trouvé fascinant il y’a 10 ans, c’est avec quelle force la grande majorité d’entre nous a annoncé la mort du commerce de proximité et a anobli la toute puissance du e-commerce.

Tout ça en oubliant nos racines. Qui nous sommes. Ce que nous sommes.

Dans l’histoire de l’évolution, Homo (nous) est une espèce appartenant à la famille des hominidés, au même titre que les bonobos et les chimpanzés.

C’est donc oublier que nous sommes avant tout une espèce sociale. Nous avons besoin d’évoluer en groupes, de communiquer, d’échanger.

Mais c’est surtout oublier que nous partageons avec nos cousins les chimpanzés 96% d’un ADN commun.

4%. C’est ce qui nous différenci.

Alors relax. C’est normal de subir ses émotions, de vouloir hurler, secouer un arbre (ou une personne), de courir après reconnaissance et statut, ou de vouloir insulter ceux que nous n’aimons pas. Notre instinct animal est toujours là, tapis dans l’ombre et n’a pas besoin de se faire prier pour surgir et taper sur son torse en hurlant.

Néanmoins ces 4% sont ce qui fait de nous des Homo sapiens. Capable de respirer consciemment pour se calmer. D’analyser une situation. D’observer ses émotions afin de les accepter, les atténuer un instant et éviter de tuer quelqu’un car « il n’a pas répondu lorsque je lui ai dit bonjour ».

4% qui font de nous l’espèce avec les compétences relationnelles les plus évoluées.

4% de vous qui connaissent la bonne décision à prendre.

4% de vous qui savent se calmer et penser stratégie.

4% de vous qui contrebalancent les 96% de l’enfant que vous êtes.

Notre instinct animal nous pousse à évoluer en société, mais ce sont ces 4% qui nous font arriver à respecter nos semblables. À réfléchir à ce que nous disons et aux comportements que nous adoptons.

C’est ce qui fait le luxe de la relation humaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.