Le syndrome du coiffeur

Avez vous déjà remarqué ce qui se passe avec la plupart des coiffeurs?

Mon frère oui, et lorsqu’il me l’a pointé du doigt la semaine dernière, j’ai eu la sensation qu’il avait résolu un mystère millénaire!

Trouver un bon coiffeur qui comprend ce que vous voulez est un exercice complexe. En trouver un qui vous fait sortir avec la coupe que vous aviez en tête en rentrant dans le salon… c’est comme les trèfles à quatre feuilles : tout le monde en cherchent, peu en trouvent.

Mais cette fois ça y est, vous l’avez!

Vous avez mis la main sur la perle rare et vous jurez de ne plus jamais la quitter.

Puis le temps passant, vous souhaitez faire évoluer votre coupe de cheveux au gré des envies et saisons. Mais vous remarquez que plus la relation s’installe avec votre perle rare, plus vous ressortez toujours avec la même tête.

Ô malheur! Votre perle rare était en fait une perle de culture, pas une perle sauvage, unique, belle et rutilante.

Ce qui s’est détérioré en parallèle de la qualité de votre coupe c’est l’attention que votre coiffeur vous porte, donc sa qualité d’écoute.

« Ça y est, c’est un client fidèle! Ouf! »

Nous avons trop tendance à considérer les personnes comme acquises alors que l’histoire ne se répète pas chaque jour, mais redémarre.

Votre défi n’est pas d’être bon jusqu’à la signature du client. Le vrai défi est d’être performant dans la durée car c’est à compter de celle-ci que la période d’essai commence.

Et contrairement à ce qui est marqué dans le contrat, c’est une période d’essai à durée indéterminée.

Ne l’oubliez jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.