Un pays plus heureux

Je me suis pris de passion pour la communication entre les personnes suite au constat que la totalité des situations quotidiennes que nous affrontons sont le fruit d’une bonne ou d’une mauvaise communication.

Lorsqu’un problème survient, bien souvent il est lié à un message qui est mal passé, une incompréhension entre deux interlocuteurs ou encore des mots qui n’ont pas été les bons pour décrire ce que nous avons ressenti.

Quelle serait la probabilité que nos vies soient nettement meilleures si nous savions comment nous adresser correctement à nous mêmes et aux autres?

Importante.

Plutôt que d’être maîtres et maîtresses de nos paroles nous en sommes la plupart du temps esclave car nous réagissons à ce que nos instincts primaires nous dictent et les rois de ce royaume discret s’appellent Amygdale, Hippocampe, Striatum ventral, cortex prefrontal et tant d’autres.

Leur laisser constamment champ libre mène aux situations où nous n’utilisons pas les bons mots pour nous exprimer, ne prenons pas en compte la position de notre interlocuteur ou encore laissons les mots dépasser notre pensée.

Car oui, elle est comme ça, notre pensée. Brute. Parfois dure. C’est notre partie primitive qui cherche à se préserver en se défendant, ce qui n’apporte pas que du bon dans nos vies personnelles et professionnelles.

Le cortex pré frontal est notre allié dans cette lutte constante du raisonnement. Il est là pour nous aider à rester civilisé et bienveillant. Il est ce qui fait de nous des êtres humains.

Le muscler est un exercice qui s’apprend et qui se travaille en parallèle de l’appréhension de nos propres émotions.

En combinant les deux nous arrivons à une capacité à communiquer accrue, plus juste, plus respectueuse de l’autre et donc moins sauvage.

Voilà mon rêve. Un pays où chacun sache communiquer efficacement car je suis persuadé que c’est la voie vers un pays plus apaisé émotionnellement.

Tant de personnes ont des choses à dire et ne le peuvent pas ou bien ne savent pas comment.

Parler c’est partager sa vie intérieure et lorsque celle-ci est enflammée, les résultats sont rarement ceux escomptés.

Cela vaut pour nos vies quotidiennes, pour notre réussite professionnelle, pour l’éducation de nos enfants…

Soyons meilleurs, portons de l’attention à notre manière de nous adresser à l’autre et rendons ce monde un peu plus heureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.