Comment développer une manière de communiquer efficace pour faire passer n’importe quel message à n’importe qui.

WARM UP

“Les bébés ont besoin de communication pour survivre. Le lait et le sommeil ne suffisent pas. La communication est aussi un élément indispensable à la vie.”

Bernard Werber

Quoi que vous disiez ou ne disiez pas, quoi que vous fassiez ou ne fassiez, c’est un acte de communication.

Depuis que nous sommes apparu dans ce monde jusqu’à maintenant nous passons notre temps à communiquer. Avec nos parents, notre environnement, nous même… nous n’arrêtons jamais.

Alors oui, nous sommes de « grands » communicants par la quantité mais le sommes nous également par la qualité ?

Voilà le truc…

C’est le cas de peu de personnes et ce pour une raison vraiment simple :

On ne nous apprend pas à communiquer.

L’école nous apprend à lire, à écrire, à parler mais elle ne nous enseigne pas les bases d’une communication efficace, qui pourtant est le principal axe de réussite personnelle et professionnelle.

Développer ce pouvoir si rare c’est se garantir un avenir plus radieux.

Qui ne rêve pas d’être écouté? De ne pas répéter sans cesse les mêmes choses? De se faire comprendre par le plus grand nombre? D’avoir des relations personnelles et professionnelles épanouies et enrichissantes?

Nous en rêvons tous et pourtant cela ne paraît être qu’un rêve flou.

Mais voici une bonne nouvelle :

Vous êtes tombé au bon endroit.

Vous vous apprêtez à découvrir quelles sont les principales clés utilisées par les plus grands hommes et femmes politiques, chefs d’entreprises, consultants, coach, pour être entendu et surtout compris.

Cependant attention!

Ne pensez pas que lire ces (nombreuses) lignes suffira.

Suivez les questionnements, faites les exercices, appropriez vous les concepts.

Passez à l’action!

CHAPITRE 1

Les 7 clés d'une communication impactante

“La communication est une science difficile. Ce n’est pas une science exacte. Ca s’apprend et ça se cultive.”

Jean-Luc Lagardère

La communication n’est pas qu’une question de mots. C’est surtout une histoire de comportement

La plupart du temps les personnes ne se concentrent pas vraiment sur ce qu’elles vont dire. Elles le disent comme ça leur vient.

C’est d’ailleurs la définition simple de la communication :

« Action, fait de communiquer quelque chose à quelqu’un ».

Pourtant si nous poussons plus loin, on se rend vite compte que la communication n’est pas seulement ça.

Il s’agit plutôt du niveau d’agilité avec lequel nous allons envoyer et recevoir un message, d’identifier sa signification et de créer un lien avec quelqu’un.

Alors comment s’y prendre ?

Voici 7 comportements qui vont changer votre manière de communiquer pour le reste de votre vie.

  1. Curiosité

La curiosité c’est l’envie de découvrir sincèrement la personne en face de soi et l’intérêt porté à ce qui se cache derrière ce qui est dit. S’il y a bien une chose qui se révèle être vraie lorsque je vais voir un client en tant que coach ou que consultant, c’est que le problème exprimé est rarement le bon.

La curiosité se repose sur l’ouverture d’esprit. Être ouvert d’esprit vous place dans un espace ouvert propice à la réception de nouvelles informations, tandis que la curiosité recherche activement ces nouvelles informations.

Chercher à tout prix à découvrir la manière dont votre interlocuteur voit le monde est la clé d’une communication efficace. Être sincèrement curieux à propos de ce qu’il pense, ce qu’il ressent et ce qui le motive sera ce qui vous aidera à toujours bien cerner sa manière de penser et ainsi à formuler les meilleures questions pour obtenir les meilleures réponses.

COMMENT développer sa curiosité?

  • « C’est ok de ne pas savoir ». Lorsque vous ne savez pas quelque chose, dites le. Ça améliorera aussi votre propension à creuser.
  • Approchez votre échange comme un explorateur approche une jungle. Avec une regard neuf et ouvert. Même si vous avez déjà exploré cette jungle, elle ne sera sûrement pas pareil la deuxième fois.

2. Ouverture d’esprit

L’ouverture d’esprit est la propension à s’ouvrir à de nouvelles expériences, à accepter le point de vue ou l’idée d’une autre personne sans la juger.

Être ouvert d’esprit implique d’être réceptif à une large palette de points de vues, d’informations et d’idées. Cela veut dire être flexible et adaptable. Ça nous force à mettre de côté notre égo l’espace d’un instant et de réellement se connecter à l’autre.

Même si vous pensez avoir raison, c’est accepter que vous pourriez également avoir tord et voir et entendre une vision différente ou contradictoire.

Les personnes ouvertes d’esprit s’adaptent plus facilement au changement, apprennent plus et sont moins facilement offensées ou challenges.

COMMENT développer son ouverture d’esprit ?

  • Découvrez de nouvelles choses et essayez ce que vous n’avez jamais fait.
  • Faites en sorte d’interagir avec des personnes de différents milieux et avec des passés différents du votre

3. Clarté

Plus direct est votre message, plus ses chances d’être compris sont grandes.

Un des plus grands challenges en communication est la clarté des messages, surtout dans le milieux des affaires.

La mauvaise interprétation est ton ennemi, d’où le besoin d’être clair lorsque tu exprimes un message, et de faire clarifier si tu as un doute sur ce que la personne a émis.

Sois synthétique et n’hésite pas à synthétiser les paroles de ton interlocuteur.

Comme le disait Albert Einstein, “si vous n’êtes pas capable de l’expliquer à un enfant de 7 ans, c’est que ce n’est pas assez clair pour vous”.

4. Assertivité

Être assertif c’est reconnaître qu’il y a une personne en face de toi et reconnaître que cette personne a ses idées, ses croyances, des sentiments et mérite d’être respectée.

L’assertivité c’est communiquer et exprimer ses pensées, sentiments et opinions d’une manière qui rendra notre vision et besoins clairement compréhensibles par les autres, sans pour autant écraser leurs pensées, sentiments et opinions.

Elle supprime le filtre émotionnel qui est principalement en cause dans le cas d’une mauvaise interprétation.

Bonus ? Les effets d’une communication assertive renforce les relations humaines et la confiance que l’on nous porte.

Des phrases pour améliorer ton assertivité :

  • Serait-il possible pour nous de…
  • Considérerais tu la chose suivante…
  • Quelle solution recommandes tu?
  • Je reconnais ce que tu viens de dire, voici mon point de vue…

5. Compassion

La compassion c’est quand tu t’identifies sincèrement à l’expérience d’une autre personne, et que tu es capable de comprendre son état émotionnel (et donc le tiens).

Cela demande un bon degré d’ouverture, d’empathie et de se sentir concerné. Et ça commence souvent par l’auto-compassion, soit savoir être compatissant envers soi-même.

C’est une manière d’aimer inconditionnellement les autres êtres humains. Les aimer de manière à les accepter pour ce qu’ils sont, et les aimer assez pour être capable de leur dire ce que personne n’ose leur dire, dans le but de les servir.

Exemple : laisser quelqu’un toute la journée avec un morceau de salade entre les dents alors qu’on l’a remarqué, ce n’est pas faire preuve de compassion.

COMMENT améliorer sa compassion ?

  • Lorsque tu ne comprends pas les mots, regarde le non verbal. Cherche une posture, une expression faciale, un timbre de voix qui mettrait en lumière une émotion non verbalisée.
  • Laisse de l’espace aux personnes pour s’exprimer, et pose des questions ouvertes.
  • Sois ouvert aux émotions des autres.

6. Écoute

L’écoute, c’est accorder tout son temps et tout son être à la personne en face de nous.

Nous parlons normalement à une cadence de 125 mots par minute. Notre cerveau, lui, est en monde sprint lorsque nous écoutons et tente de combler chaque espace entre deux mots par des pensées.

C’est ce qui explique que nous ne retenions que 25% de ce qui est dit lors d’une conversation.

L’écoute profonde c’est quand tu arrives à ralentir suffisamment pour être présent et avec la personne en face de toi. Tu laisses le temps aux personnes de penser et de s’exprimer, ce qui peut créer des chemins parfois inattendus.

Tu écoutes pour ce que la personne à d’important à partager, pas pour ce qui est important à tes yeux.

Et bien souvent, cela te permet de lire au delà des mots utilisés.

COMMENT devenir un meilleur « écouteur » ?

  • Lorsque tu perds de l’attention, revient à ta respiration et ralentis.
  • Focalise toi sur un point du visage de ton interlocuteur (nez, oeil, sourcils…) afin de ne pas être distrait par l’environnement alentour.
  • Sois intéressé, non intéressant. La personne te parle, c’est surement qu’elle pense déjà que tu l’es…il ne s’agit pas de toi.

7. Authenticité

Il s’agit ici d’être vrai dans notre communication. Être honnête à propos de ce qui est vrai pour toi à ce moment, même lorsque la personne en face ne veut pas l’entendre.

Être authentique c’est quand tes mots correspondent à tes croyances et actions.

Tu es consistant dans tes actions et tu te comportes de la même manière que la personne te regarde ou ne te regarde pas.

C’est une question d’intention. C’est quand vous voulez créez sincèrement une vraie connexion avec la personne à laquelle vous vous adressez. Et vous voulez sincèrement que cette personne se connecte à vous en retour, toujours avec intégrité, honnêteté et transparence.

J’en avais d’ailleurs fait une vidéo si cela t’intéresse :

PASSEZ À L'ACTION

Comment être plus authentique ?

Pratiquez cet exercice de découverte :

Dans l’optique d’être plus authentique, vous devez comprendre qui vous êtes, ce en quoi vous croyez et ce contre quoi vous vous dressez. Prenez un moment pour réfléchir aux sujets ci-dessous :

Ce que je crois vrai –

  • Business :
  • Relations sociales :
  • Abondance :
  • Succès :
  • Le pouvoir du choix :
  • Le changement :

Ce contre à quoi je m’oppose –

  • Business :
  • Relations sociales :
  • Abondance :
  • Succès :
  • Le pouvoir du choix :
  • Le changement :

CHAPITRE 2

La communication non violente

La communication non violente (CNV) est un outil formidable développé par le psychologue américain Marshall B. Rosenberg et qui vise un objectif simple : communiquer plus efficacement avec les personnes en évitant de tomber systématiquement dans le piège des réactions émotionnelles.

Cela t’apportera confiance, impact et beaucoup de sérénité.

 

1. Observer

Atténue ton jugement et observe ce qui se passe, comme si tu étais une caméra.

Qu’est ce qui se passe vraiment ?

Prenons un exemple :

Tu remarques que la vaisselle salle est sur le plan de travail de la cuisine depuis ce matin, alors que tu avais demandé à ton fils/fille de la mettre au lave vaisselle. Tu l’interpelles de la manière suivante :

« Il y a encore la vaisselle dans l’évier! C’est toujours pareil avec toi! Range moi cette vaisselle comme je te l’avais demandé! »

Peut être t’écoutera t’il/elle (s’il n’y a pas joute verbale) par la force des choses, mais quelles sont les chances que cela se reproduise ? Fortes!

Ce que tu veux c’est que le message passe une bonne fois pour toute.

Quels sont les faits ?

Tu as demandé à ton enfant de placer la vaisselle du matin dans le lave vaisselle. Elle y est toujours, a séché et c’est visuellement le foutoir.

 

2. Identifier les Sentiments

Que ressens tu aux vues de cette situation précise ?

Il faut associer les faits avec l’émotion créée. Identifie ce que tu as ressenti lors de la situation. Les sentiments sont toujours une affaire personnelle, ils n’impliquent jamais personne d’autre. C’est pourquoi il est nécessaire que tu puisses les décrire précisément afin de comprendre en quoi la situation t’affecte.

Exemple : je me suis senti en colère et découragé(e).

 

3. Identifier le Besoin ou Désir

Ici la suite du processus est de clairement identifier quel est ton besoin ou ton désir. Un besoin, tout comme un sentiment est strictement personnel. Il n’inclue personne autre que toi.

Ensuite, il va s’agir de connecter ce besoin/désir au sentiment précédemment isolé.

Exemple : j’ai besoin que la vaisselle soit rangée le soir, pour m’atteler à autre chose et tenir la maison en ordre.

 

4. Formuler une Requête

Enfin, la dernière partie consiste à lier tout ça et formuler une requête positive, aimable, tout en restant ferme et claire, sans y intégrer forcément « d’émotions ». Cette quatrième composante adresse ce que nous attentons de la personne en face de nous.

Qu’est ce que cela pourrait donner ?

« Je remarque que la vaisselle n’est pas rangée. Quand je vois ça, je me sens en colère, et j’aimerais ne plus avoir à répéter les mêmes choses. J’ai besoin de ton aide pour garder cette maison propre et vivable. Peux tu prendre s’il te plaît 5 minutes pour m’aider et ranger la vaisselle ?

Tu peux utiliser cette approche dans n’importe quelle situation. Aussi bien personnelle que professionnelle.

CHAPITRE 3

La communication non verbale

« Car si le visage est le miroir de l’âme, les yeux en sont les interprètes » – Ciceron

Tu n’as pas besoin de parler pour me dire beaucoup de choses et c’est souvent l’erreur que font la majorité des gens quand il faut définir ce qu’est la communication : se cantonner aux sons que notre bouche émet.

Nos gestes, nos postures, nos expressions faciales, nos micro-expressions faciales, notre regard, notre manière de déglutir, de respirer, la position de nos pieds, notre style vestimentaire et encore tant d’informations de ce genre communiquent un nombre d’informations indispensables à la bonne compréhension d’un message ou d’une attitude.

Tout ce que tu dis, tout ce que tu fais est un message. Ni plus ni moins. Ne pas répondre à une question c’est faire passer un message. Au contraire, répondre à une question en baissant légèrement la tête et en se touchant la nuque, peut témoigner d’un inconfort.

La communication non verbale peut jouer 5 rôles :

  • Répétion : elle répète voir souvent renforce le message que tu transmets verbalement.
  • Contradiction : elle peut contredire le message que tu essaies de communiquer
  • Substitution : elle peut se substituer au message verbal. (« ses gestes en disent plus que ces mots »
  • Compléter : elle ajouter des éléments ou un complément au message verbal.
  • Accentuer : elle peut accentuer ou souligner un message verbal.

Les travaux d’Albert Mehrabian décomposent un message lors duquel nous transmettons une émotion de la manière suivante :

  • 45% = Langage corporel
  • 45% = Prosodie
  • 10% = Mots utilisés

Bien que cette répartition ne soit pas valable pour tous les types de message, elle met en avant que nous nous focalisons trop sur les mots, alors que les gestes et le ton en disent tout autant, parfois plus.

Tu dois développer chacune de ces capacités indépendamment.

Pour t’aider voici des pistes de réflexion et d’entrainement :

La voix

Comment parler de façon à ce que les personnes vous écoutent – Julian Treasure

La gestuelle et les postures

Votre gestuelle forge qui vous êtes – TED Talk AMY CUDY

CHAPITRE 4

Le bon langage aux bonnes personnes

Maintenant que tu connais les comportements à adopter, la manière de faire passer un message de manière claire et non violente et que tu comprends tout l’intérêt de ne pas te cantonner aux mots que tu utilises, je te propose de passer à la dernière étape, sûrement la plus importante :

Adapte ton discours et ta façon de parler en fonction de la personne en face de toi.

Et pour ça je te propose la méthode DISC.

Le DISC est un outil d’analyse comportementale à la fois simple et puissant qui a pour objectif d’identifier la typologie dominante d’une personne. Il existe 4 profils :

 DOMINANT / INFLUENT / STABLE / CONSCIENCIEUX

Bien entendu, nous ne sommes pas tous à 100% orientés vers un type comportemental et avons un second profil, et l’outil nous permet de creuser encore plus loin.

Mais sincèrement? 

Dans votre quotidien vous n’aurez jamais besoin de connaître le sous type de votre interlocuteur car c’est à son profil principal que vous allez vous adresser. On ne l’appelle pas profil dominant pour rien.

Les besoins des autres sont parfois différents des nôtres.

En communication avec le DISC, il est important de satisfaire le besoin de la personne avec laquelle je communique.

1 – DOMINANT

Style direct qui va droit au but, il peut-être perçu par son environnement comme parfois agressif. Il aime les challenges et la prise de risque. Il aime les discours clairs et concis.

Alors…Soyez clair, direct et concis.

2 – INFLUENT

Il est orienté vers les personnes, et est d’un naturel très enthousiaste. Il a tendance à utiliser de belles tournures phrases et des mots peu « usités » (oui, j’ai un profil influent naturel). Dans le DISC le profil influent attache de l’importance au lien social. Pour créer une communication de qualité avec lui n’hésitez pas à lui faire des compliments (mais les compliments me mettent mal à l’aise…). Il craint particulièrement l’isolement car il tire son énergie de ses liens avec les autres.

3 – STABLE

Ce qu’il apprécie par-dessus tout, c’est de pouvoir avoir du temps et de ne pas être bousculé par les autres. Avec ce type de profil laissez-le parler et écoutez. Ses qualités sont la loyauté et la patience. D’un naturel plutôt discret.  Il est redoutablement efficace par sa persévérance et une gestion équilibrée de son temps. Il aime par-dessus tout créer l’harmonie dans ses relations.

4 – CONSCIENCIEUX

Il est analytique et précis. Il n’a pas son pareil pour trouver les erreurs où qu’elles se cachent. Attention il a parfois tendance à sur-contrôler et à demander un excès d’information. Alors lorsque vous vous adressez à lui, n’hésitez à être détaillé. De toutes manières, si vous ne l’êtes pas il vous le fera remarquer.

 

COMMENT savoir à qui vous vous adressez ? 

Je pense que maintenant tu es prêt non ?

(Tu remarqueras une faute d’orthographe, à « Conciencieux » sur le diagramme ci-dessus… Petit exercice pratique : quel est mon profil le plus marqué et mon profil le moins marqué ? 😄)

Retour au sommaire

Copyright 2021 © Tous droits réservés Quentin Viard